Faune et Flore

En Tarentaise, la diversité des milieux est à l'origine d'une faune et d'une flore riches et abondantes.

Face aux difficiles conditions en période hivernale, en raison du froid et de la neige, les espèces se sont adaptées.

Certains animaux rentrent en hibernation, d'autres se déplacent à la recherche de nourriture dans des zones plus propices, d'autres au contraire limitent au maximum leur déplacement pour ne pas puiser dans leur réserve...

La Faune

Marmotte

La marmotte, au pelage brun foncé, se confond avec le milieu naturel. Elle est craintive : au moindre danger, elle fait retentir son sifflement strident et se réfugie dans les galeries souterraines qu'elle a creusées.
Durant l'été, elle se nourrit d'herbe grasse pour constituer une réserve de graisse qu'elle va « brûler » au cours d'une hibernation de plusieurs mois. Dès les premières chaleurs printanières, elle ressort de son terrier.

Chamois

Le chamois qu'on pourrait qualifier d'agile et de farouche, affectionne les courses sur la neige et les rochers.

Il vit par petites troupes (hardes) et ne se laisse apercevoir que de loin, principalement au lever et au coucher du soleil, lorsqu'il descend brouter ou boire dans les points d'eau.

Bouquetin

Plus robuste et plus lourd que le chamois, le bouquetin est un excellent grimpeur. L'hiver, il se positionne sur les corniches rocheuses ensoleillées. Peu craintif, il se laisse approcher à quelques mètres seulement.

Le bouquetin se distingue très facilement du chamois grâce à ses longues cornes recourbées.

Chamois et bouquetins cohabitent assez facilement sur un même massif. Cependant ils n'ont pas tout à fait les mêmes besoins. Au printemps les petites hardes de bouquetins recherchent l'herbe nouvelle des fonds de vallée, ce qui les pousse à s'approcher très près des hommes et des cultures, contrairement au chamois. En plein été comme au cœur de l'hiver, le bouquetin se contente de l'herbe rase et de lichen des crêtes les plus escarpées.

D'autres animaux ou oiseaux, caractéristiques de la montagne, peuvent être observés :

  • le mouflon de Corse, reconnaissable à ses cornes enroulées. Sa présence est limitée à quelques secteurs de fond de vallée (l'espèce n'est pas originaire du massif, elle a été introduite).
  • le lièvre variable qui, comme son nom l'indique, a un pelage variable au cours des saisons : brun-roux en été, blanc comme neige en hiver.
  • l'aigle royal,
  • le gypaète barbu, réintroduit il y a quelques années. C'est un le plus grand rapace européen installé en Tarentaise.
  • le lagopède des neiges qui prend aussi un plumage blanc durant l'hiver
  • le tétras-lyre ou petit coq de bruyère, connu pour ses parades nuptiales au printemps pendant lesquelles les mâles s'affrontent. Ses effectifs ont régressé en partie à cause du dérangement occasionné par certaines activités de sports d'hiver.

Aigle royal
Papillon
Tétras-lyre
Gypaète barbu

Durant l'hiver, les animaux sont affaiblis en raison du manque de nourriture. Alors n'essayez pas de les approcher, vous risqueriez de les effaroucher. Et toute tentative de fuite est pour eux une dépense d'énergie supplémentaire...

La Flore

En montagne, les conditions sont difficiles aussi pour les végétaux : sols pauvres, vent, froid, contrastes thermiques entre le jour et la nuit... Les plantes doivent s'adapter à une saison végétative très courte.

Doronic à grandes fleurs
Edelweiss
Gentiane de Koch
Lys martagon

Suivant l'altitude et le milieu, le promeneur rencontre différentes espèces végétales : le sabot de Vénus, le lys martagon, l'ancolie des Alpes, le chardon bleu, l'edelweiss, la renoncule, la gentiane acaule et bien d'autres encore...

Afin de préserver le milieu naturel qui rappelons-le est fragile en montagne, merci de ne pas cueillir de fleurs. La cueillette est interdite au sein du Parc national de la Vanoise. En revanche, il n'est pas interdit de les admirer, ni de les photographier !